En communion avec les chrétiens d’Irak

(h2Onews 16/11/2010 ) Ils ont prié pour l’Eglise et pour les chrétiens d’Irak… des milliers de personnes… à Bethleem, dans l’église Sainte-Catherine… en souvenir des victimes innocentes du massacre perpétué, le 31 octobre, contre la cathédrale syro-catholique de Notre-Dame de Bagdad, par des miliciens d’Al-Qaïda…  Un des pires jamais commis contre les chrétiens depuis la chute du régime de Saddam Hussein.


C’est entouré de deux frères franciscains irakiens, que Mgr Grégoire Pierre Melki, exarque du Patriarcat d’Antioche des Syriens a célébré, en rite syriaque, la liturgie eucharistique en souvenir  des 58 victimes de l’attentat, parmi lesquelles des femmes, des enfants et trois prêtres.

Mais la liturgie était également soutenue par les prières du nonce apostolique Mgr Antonio Franco, la plupart des Ordinaires de Terre Sainte ou leurs représentants, une quarantaine de prêtres et plusieurs évêques et prêtres orthodoxes, syriaques, grecs et arméniens.
Au premier rang, dans l’église Sainte-Catherine, le maire de la ville mais également deux ministres de l’autorité nationale palestinienne. Au milieu des palestiniens : des syriens, des irakiens, libanais, égyptiens, jordaniens. Ils étaient catholiques, apostoliques, orthodoxes, ou protestants … Mais tous, à ce moment-là, dans l’intensité de leur recueillement, étaient des chrétiens d’Irak, ou tout simplement des chrétiens du Moyen Orient, oscillant entre foi, espérance, incertitude, sur l’avenir de leur présence dans leurs terres respectives.

« Cette messe m’a donné l’impression que, partout où ils sont,  les chrétiens sont en effet unis. Spécialement face à des actes comme celui de Bagdad, a dit Mgr Melchi. Ils se sentent unis et tous, avec tristesse, ont suivi les nouvelles de Bagdad … ils ont voulu dire les uns aux autres ‘nous sommes avec les chrétiens d’Irak’ ».

Après la messe, après la lecture du message du président Mahmoud Abbas la foule s’est rassemblée sur la place de la Mairie, devant la Basilique de la Nativité, une bougie à la main et des écriteaux dénonçant toute forme de terrorisme.

Mgr Pell: « Nous avons prié avec les martyrs, nous avons prié pour les blessés, pour leurs églises, pour leurs familles. Mais nous avons prié plus en général pour tous les chrétiens d’Irak. Et pas seulement pour les chrétiens, nous avons prié aussi pour l’Irak ».

Print Friendly, PDF & Email